Gilles Joyal au Temple de la Renommée

Gilles Joyal, en action lors du Championnat Canadien 1980 à Edmonton

La FCFQ a intronisé au Temple de la Renommée des fers, un joueur exceptionnel qui a marqué toute une génération. Il s’agit de Gilles Joyal de St-Hyacinthe. Louis Tardif a effectué la présentation lors de la cérémonie tenue le 8 octobre 2022 à Victoriaville. . Voici également un autre texte décrivant les exploits de Gilles.

Ses débuts à St-Hyacinthe :

Né le 3 octobre 1950, selon son souvenir il aurait commencé à jouer à l’âge de 12 ans. Son nom apparaît dans la Ligue de Fers d’Or St-Joseph au moins en 1964 à St-Hyacinthe. Il jouait alors pour l’équipe de l’Épicerie Jude Mathieu qui domina la saison. La Ligue comptait d’autres jeunes talents qui allaient côtoyer Gilles pendant une décennie tels que Louis Brodeur et Gérard Daigle. Si Jean-Paul Leclerc fut le meilleur ringer en 1965, dès 1966 Gilles figure au sommet lors d’une ligue du dimanche appelée « Tournoi des maîtres » avec une moyenne de 61.3%. Il n’avait encore que 15 ans! Gilles joue alors (aussi?) dans la Ligue de fers Pepsi à l’OTJ St-Sacrement. Lors d’un tournoi local à St-Joseph en juillet 1966 (avec 160 inscriptions!) il termine 3e avec Paul Messier. Il fait encore partie de l’équipe championne (Mon Poseur) dans la Ligue Commerciale en 1967 et 1968 avec les frères McGee. Il remporte le tournoi annuel de la Ligue St-Joseph en 1969 avec Elphège St-Amand comme partenaire, de même qu’un tournoi régional à La Présentation avec Daniel McGee. Même chose en 1970 à l’OTJ St-Sacrement avec Maurice Daigle.

Sur la scène provinciale :

Lorsqu’on n’a que 12 ans, qu’on est à pied, c’est plus compliqué de participer aux tournois. Il se souvient avoir participé à un tournoi au parc Dubuc à Granby où son partenaire (et aussi son conducteur) a décidé de quitter au beau milieu de la compétition. Gilles n’a pas eu le choix que de s’en retourner.

Lorsqu’il a pu compléter un tournoi, il n’a pas manqué de s’illustrer. En 1965, il a remporté la Classe B au tournoi de St-Hyacinthe, puis remporté la Classe B avec R. McGee au Championnat en double à Pointe-Aux-Trembles, puis remporté la Classe C lors du Championnat en simple à Windsor.

En 1968, il termine 2e au Championnat en double Classe A à St-Hyacinthe avec Paul Messier. Les gagnants? Fernand Thibeault & Serge Cournoyer. Gilles et l’équipe de St-Hyacinthe avaient aussi terminé 2e lors de l’Inter-Cité derrière Sorel.

En 1969, Gilles termine 2e lors du Championnat en simple derrière Fernand Thibeault. Il obtient le même rang en double avec Jean-Louis Donais derrière Fernand & Gérald Thibeault.

En 1970, il termine 4e au Championnat en simple à Granby et 2e à l’Inter-Cité derrière Gatineau.

Domination des années 70 :

Lors des tournois en double, son partenaire est Jacques Larivière. Ils remportent le tournoi de La Présentation, mais ils terminent 2e au Championnat derrière Fernand & Gérald Thibeault.

Mais Gilles remporte ensuite son premier titre de Champion du Québec en 1971 à Cowansville. Il a alors enfin réussi à vaincre sa bête noire, Fernand Thibeault. Ce sera le début d’un long règne de Champion du Québec pendant 6 années consécutives. Un record qui tient toujours. À noter que Gilles s’est mesuré à Elmer Hohl au Centre Paul-Sauvé à Montréal en 1972.

Championnats Canadiens :

En 1972, Gilles est devenu le premier Québécois avec Fernand Thibeault à se qualifier dans le A au Championnat Canadien à Toronto. Ils ont terminé respectivement 7e et 8e avec des moyennes de 59.0% et 57.3%. Première expérience dans la glaise pour Gilles. Il faisait partie d’une forte délégation québécoise qui a fait le mémorable voyage en autobus.

Sa participation suivante sera en 1979 à Ottawa où il se qualifiera 2e puis terminera 3e (avec 69.5%) derrière Elmer Hohl et Dean McLaughlin. En 1980, il effectuera le voyage à Edmonton et, malgré la plus haute moyenne du tournoi (66.8%), perdra de justesse en finale contre Lloyd Gemmell du Manitoba. En 1981, au Championnat Canadien tenu à Victoriaville (première fois au Québec), Gilles réussira sa meilleure moyenne en carrière (72.3% en 14 parties) et perdra en finale contre Elmer Hohl non sans l’avoir battu 2 fois dans le tournoi. Il a d’ailleurs été le premier Québécois à vaincre le légendaire Elmer. Comme il l’a mentionné, s’il avait gagné le Championnat lors de la partie décisive, le toit du Colisée Jean-Béliveau aurait sans doute explosé. Pour ceux qui ont eu la chance de vivre ces moments, l’atmosphère était inoubliable!

Conclusion :

Gilles Joyal a dominé les années 70 et est passé bien près de remporter le Championnat Canadien en 1980 et 1981. Il a influencé beaucoup de jeunes avec son style smooth et décontracté. Sa marque de commerce était ses incroyables retours de l’arrière dans de nombreuses parties. C’est encore de cette façon qu’il a remporté le Championnat du Québec en 1992 (son 7e titre) en finale contre Daniel Fortier, après et malgré une absence de 10 ans.

Il s’est impliqué aussi bénévolement en organisant entre autres le Championnat en double du Québec en 1983 à St-Hyacinthe. C’est un honneur d’avoir parmi nous, Gilles Joyal et de l’introniser au Temple de la Renommée des fers québécois. Merci !

VOICI QUELQUES PHOTOS:

Aucun commentaire.

Laisser une réponse

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire.