Gérard Dion au Temple de la renommée

Voici le texte lu lors de la Soirée Méritas tenue le 1 septembre 2019 à St-Joseph-de-Sorel.

La personne suivante intronisée au Temple de la Renommée, Gérard Dion, a eu un apport hors du commun dans le développement de la Fédération et des fers au Québec. Il est aussi un pionnier de la Ligue de Fers de Victoriaville, la plus ancienne encore active de façon continue au Québec.
Le premier leader de la Ligue de Victo fut Claude Danault, qui est en passant le grand-père de Philippe Danault, actuel joueur du Canadien de Montréal. (Il a organisé un premier tournoi en 1968, fut publiciste de la Ligue puis son président en 1971-72, succédant à Jean-Claude Paris).

  • Notre intronisé a fait son apparition sur le comité de Victoriaville dès 1970.
    • Il devint président de la Ligue en 1972 ou 1973 (succédant à Claude Danault)
    • Il a construit, avec André Tardif, les premières boîtes de fers sur le site actuel du parc des Forges (au pied de la côte).
    Tournois provinciaux :
    • Le premier tournoi annuel provincial tenu à Victo fut en 1972.
    • Il a organisé le Championnat du Québec en simple à Victoriaville en 1973 (à cette occasion il a fait faire un trophée à défendre pour le champion en simple, et en fut le donateur).
    • Il a organisé aussi les championnats de 1978, et collaboré à ceux de 1982 et 1984.
    • Il a également organisé le Championnat féminin en 1977 et 1980
    • Et les Championnats en double 1979 et 1980

Au CA de la Fédération : Il assiste à sa première assemblée de la FCFQ le 23 janvier 1972, puis est nommé directeur provincial pour Victoriaville le 8 octobre 1972. Il y demeure jusqu’à son élection comme vice-président le 13 octobre 1974, poste qu’il occupe jusqu’en avril 1979. Il a été un participant assidu aux assemblées, insistant sur l’importance pour la Fédé de se doter d’un publiciste.

En 1974, il fait partie d’un comité chargé de trouver un commanditaire principal pour la Fédération. Ses relations avec Jacques Pellerin, agent O’Keefe pour la région de Victoriaville, faciliteront la réalisation de ce projet. La remise du chèque s’est effectuée annuellement à Victo.

Restaurateur connu de Victoriaville, son entreprise « Buffet Minute » fut le lieu de rendez-vous des membres après les tournois.

Un motivateur fier de ses poulains : Le dynamisme et l’enthousiasme de Gérard Dion se manifestait non seulement dans l’organisation et la promotion du lancer de fers, mais aussi envers ses joueurs. Il a sûrement joué un rôle de motivateur et a vanté abondamment ses jeunes poulains.
La première récolte fut en 1976 alors qu’Huguette Poirier a remporté le 2e championnat provincial féminin (Guylaine Gagné répéta l’exploit en 1978). Puis en 1977, Jean Gauthier (19 ans) donnait à Victoriaville son premier champion masculin; pendant que Guy Tardif devenait le premier champion junior du Québec. Quatre ans plus tard, Louis Tardif (22 ans) devenait champion en 1981. À chaque occasion, Gérard Dion était aux premières loges pour voir ses jeunes poulains gagner et fut parmi les premiers (sinon le premier) à les féliciter.

Championnat Canadien 1981 : Sa plus grande réalisation est sans contredit d’avoir amené et organisé le premier Championnat du Canada tenu au Québec (à l’aréna Jean-Béliveau à Victoriaville en 1981). Il est allé à Edmonton en 1980 pour en faire la demande, accompagné de Paul Barrette de l’Abitibi comme interprète.

Dans cette avancée vers l’inconnu, outre la barrière de la langue, deux facteurs ont ajouté à la difficulté : la fièvre référendaire de mai 1980 puis une grève des postes en juin 1981 qui a compliqué l’entrée des inscriptions. Malgré cela, ce fut un succès retentissant avec 212 inscriptions, une cérémonie d’ouverture colorée (avec parade de majorettes), la présence des caméras de télévision pour les finales, etc.

Il me vient à l’esprit cette phrase de Churchill : « Tout le monde pensait que c’était impossible, alors ils l’ont fait. »

Cet événement aura eu un impact immense sur la Fédé qui a atteint des sommets en nombre de membre en 1980 avec 643 (il y en avait 174 en 1973). En 1980, on introduisit des tournois en simple afin d’entrainer les joueurs en vue du Canadien (auparavant on ne jouait qu’en double). Gérard Dion aura défriché un chemin pour les 3 futurs hôtes (de 1987, 1999 et 2011). Avec son âme de fonceur et de bâtisseur, il aura nous aura donné confiance en nos moyens.

C’est un honneur d’avoir parmi nous, Gérard Dion et l’introniser au Temple de la Renommée des fers québécois. Merci pour tout ce que vous avez fait!

P.S. : À noter aussi que le publiciste du championnat 1981 était Charles Dubois. En 1970, la Ligue de Victo comptait 184 joueurs, et 160 en 1972.

Gérard Dion (au centre) entouré de Louis Tardif (un de ses poulains) et Fernand Thibeault (qui se faisait dire par Gérard: "attention! mes poulains s'en viennent").
Gérard Dion (au centre) entouré de Louis Tardif (un de ses poulains) et Fernand Thibeault (qui se faisait dire par Gérard: « attention! mes poulains s’en viennent »).

Autres photos à venir…

Aucun commentaire.

Laisser une réponse

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire.